La filière viande et les chiffres clés

porcs

Les échanges entre producteurs

Face aux aléas climatiques, à la fluctuation des prix des aliments du bétail, aux difficultés de valorisation des cultures fourragères dans les systèmes de grandes cultures biologiques, il est primordial de conforter l’autonomie des fermes bio. Les échanges directs et de proximité entre polyculteurs et éleveurs bio au sein des territoires renforcent leur autonomie respective : par un gain agronomique et économique pour le polyculteur, par la sécurisation de ses besoins en fourrages et amélioration de la qualité des rations pour l’éleveur.
Le réseau bio normand a mis en place une bourse d’échange numérique afin de simplifier ces échanges directs entre agriculteurs.

Bourse d’échange numérique >> réservée aux adhérents

Pour aller + loin >> Télécharger la brochure « Des échanges pour cultiver l’autonomie des fermes bio »

Opportunités économiques et modalités d’accès de la Filière Viande

A l’heure actuelle, la filière est organisée pour valoriser les bovins laitiers ou allaitants, les veaux sous la mère, les agneaux, les porcs et les volailles. Plus de la moitié de la production normande est valorisée par le biais d’UNEBIO, via son actionnaire régional Normandie Viande Bio, auprès des magasins spécialisés bio, des GMS, des boucheries, des grossistes et de la restauration collective. Le reste de la production se partage entre quelques opérateurs privés achetant des bovins bio en complément de gammes standards, et la vente directe aux consommateurs.
Pour répondre à la demande croissante, la filière viande bio recherche de nouveaux éleveurs bio dans la région, dans toutes les productions.Le réseau bio normand a mis en place une bourse d’échange numérique afin de simplifier ces échanges directs entre agriculteurs.

La Filière Bovin Viande Bio

Depuis 2010, le cheptel bovin viande bio a presque doublé en Normandie. Cette forte progression s’explique par la détérioration du prix du lait conventionnel qui a poussé de nombreux éleveurs à reconvertir leur cheptel laitier en allaitant, et par l’arrêt de la prime à l’herbe et les incertitudes concernant les MAEC. Le marché est toujours en demande de volumes notamment en fin d’hiver où les sorties sont moins importantes. Les gros bovins collectés en bio sont :

  1. Les vaches et génisses,
  2. Les bœufs,
  3. Les taurillons sous réserve de l’accord du responsable de secteur,

 

Il n’existe pas encore de marché identifié pour les broutards biologiques. Cependant, plusieurs projets d’élevages engraisseurs en bio sont en cours de construction et des achats au cas par cas sont possibles par des négociants ou des éleveurs engraisseurs.

La Filière Veaux sous la mère Bio

UNEBIO assure la valorisation de veaux sous la mère en bio. Ils recherchent des veaux de 5/6 mois à la viande rosé clair. La taille de cette filière est modeste pour le moment. Tout nouveau projet doit donc être validé par UNEBIO.

  • Les vaches et génisses
  • Les bœufs
  • Les taurillons sous réserve de l’accord du responsable de secteur

Il n’existe pas encore de marché identifié pour les broutards biologiques. Cependant, plusieurs projets d’élevages engraisseurs en bio sont en cours de construction et des achats au cas par cas sont possibles par des négociants ou des éleveurs engraisseurs.

La Filière Ovin Viande Bio

La filière ovin viande bio se développe peu en Normandie ces dernières années. Pourtant la filière est en recherche de volumes supplémentaires pour satisfaire la demande. Les approvisionnements du 1er trimestre et de la période pascale sont souvent insuffisants, de nouveaux éleveurs d’ovins bio, en capacité de finir des agneaux à cette période, seront les bienvenus. Jusqu’à aujourd’hui le seul collecteur en Normandie était Normandie Viande Bio / UNEBIO. Depuis peu, Capseine/ovin 27 a aussi monté une filière de valorisation des agneaux biologiques et cherche des éleveurs pour lancer la production.

  • Les vaches et génisses
  • Les bœufs
  • Les taurillons sous réserve de l’accord du responsable de secteur

Il n’existe pas encore de marché identifié pour les broutards biologiques. Cependant, plusieurs projets d’élevages engraisseurs en bio sont en cours de construction et des achats au cas par cas sont possibles par des négociants ou des éleveurs engraisseurs.

La Filière Porc Bio

Après quelques années en limite de surproduction, le marché du porc bio est aujourd’hui en croissance. L’offre peine à satisfaire la demande, les opérateurs de la filière cherchent de nouveaux élevages que ce soit une création d’atelier ou une conversion en bio d’un atelier existant. Les sorties élevage en porcs charcutiers bio déclarées par les organisations économiques de producteurs seraient en légère progression en 2014 par rapport à 2013 (+0,8 %). Les abattages filières et vente directe affichent la même tendance.

  • Les vaches et génisses
  • Les bœufs
  • Les taurillons sous réserve de l’accord du responsable de secteur

Il n’existe pas encore de marché identifié pour les broutards biologiques. Cependant, plusieurs projets d’élevages engraisseurs en bio sont en cours de construction et des achats au cas par cas sont possibles par des négociants ou des éleveurs engraisseurs.

Pour aller + loin >> Télécharger la fiche Filière « Porcs Bio en Normandie »

La Filière Volaille de Chair et Poules Pondeuses

En raison du niveau réduit de l’offre en poulets de chair et de la demande toujours croissante des consommateurs, le marché est au beau fixe.
Jusqu’alors peu présentes, des filières longues commencent à se structurer en Normandie et les opérateurs économiques sont à la recherche de producteurs potentiels. La demande en volailles pour de la vente directe est également importante et les projets de création d’ateliers nombreux.

La production de poules pondeuses biologiques est dynamique dans la région. La tendance générale reste à l’augmentation tant au niveau du nombre d’exploitations (+58%) que de la taille du cheptel (+13%) entre 2012 et 2013. Cela s’explique avant tout par l’augmentation du nombre de projets dans la région, projets de conversion d’ateliers ou de mise en place de nouveaux ateliers.
La production de poules pondeuses biologique se développe au niveau des filières longues, ainsi qu’en vente directe. Cependant la baisse du prix de l’œuf en 2014 présage un ralentissement de la dynamique en filière longue.

  • Les vaches et génisses
  • Les bœufs
  • Les taurillons sous réserve de l’accord du responsable de secteur

Il n’existe pas encore de marché identifié pour les broutards biologiques. Cependant, plusieurs projets d’élevages engraisseurs en bio sont en cours de construction et des achats au cas par cas sont possibles par des négociants ou des éleveurs engraisseurs.

Pour aller + loin >> Télécharger la fiche Filière « Volailles et Poules Pondeuses Bio en Normandie »

Plus de contenu

Vos conseillers

Grégory Foucault

Grégory Foucault

Simon Godard

Simon Godard

Alexandre Roux

Alexandre Roux

Virginie Parrain

Virginie Parrain